-

Saxo Bank - Newsletter - Une accumulation de bonnes nouvelles

"L’optimisme reste dominant sur les marchés financiers mais, comme les investisseurs l’ont appris à leurs dépens ces dernières années, et en particulier au début de l’année 2016, la tendance peut très rapidement devenir négative. Les éléments de soutien du marché n’ont pas changé par rapport à décembre. La perspective de « reflation », confirmée hier par les bonnes données en zone euro, et les espoirs résultant de l’élection de Donald Trump continuent de maintenir les cours orientées à la hausse. Le mois de janvier va être rythmé par essentiellement quatre échéances cruciales : la tenue de Davos du 17 au 20 janvier, la réunion de la banque centrale du Canada le 18 janvier, celle de la BCE le lendemain et, enfin, l’investiture du président élu Trump le 20 janvier. Au cours des prochaines semaines, nous opterons pour la prudence. En effet, l’optimisme ambiant pourrait rapidement retombé une fois que les investisseurs prendront conscience des nombreux risques qui vont ponctuer 2017. En outre, on peut légitimement craindre que l’effet Trump fasse pschitt. Le nouveau locataire de la Maison Blanche pourrait décevoir car son programme économique a finalement assez peu de chances d’être complètement appliqué du fait du filtre du Congrès et, même si cela ne survenait pas, il faudra aussi garder en tête que sa politique économique ne pourra vraiment commencer à porter ses fruits que fin 2017/début 2018. Profitons de cette période de vœux pour conclure sur une citation inspirante du prix Nobel de littérature Anatole France qui devrait guider notre action en 2017 : « Pour accomplir de grandes choses, il faut non seulement agir, mais aussi rêver, non seulement planifier, mais aussi croire »."

Les derniers faits marquants :

  • En zone euro, comme on l’attendait, le processus de « reflation » s’intensifie ce qui ne devrait pas remettre en cause à moyen terme la politique accommodante de la BCE. L’inflation dans l’Union a atteint 1,1% en décembre, son plus haut niveau depuis septembre 2013. C’est en Allemagne que la montée est la plus significative (+1,7%, essentiellement au niveau des prix de l’énergie et de l’alimentation). En revanche, en France, l’inflation est restée stable en décembre par rapport au mois précédent. 
  • Au Royaume-Uni, les effets négatifs du Brexit se font encore attendre. Le PMI construction britannique a connu le mois dernier sa plus forte progression depuis un an. On notera toutefois une hausse des coûts qui pourrait pénaliser à moyen terme les constructeurs. 
  • Dernière bonne nouvelle du jour : malgré des flux entrants dans les pays émergents plutôt faibles, l’indice de surprise économique de Citi pour les émergents suit une tendance plutôt positive, en étant à son plus haut point depuis avril 2011.

A suivre aujourd'hui :

  • Sur le front européen, le principal focus concernant la publication du compte-rendu de la dernière réunion de la BCE (à 13h30). Il ne sera pas susceptible d’influencer grandement le marché qui table, pour les prochains mois, sur un statu quo au niveau de la politique monétaire dans la zone euro.
  • Côté américain, plusieurs données seront publiées dont les créations d’emplois non agricoles ADP (consensus à 170k), l’indice Bloomberg de confiance des consommateurs, l’ISM non manufacturier pour décembre (consensus pour la composante activité à 61,0) et les revendications hebdomadaires au chômage (consensus à 260k).

 

Christopher Dembik

Christopher Dembik est Responsable de la recherche macroéconomique de Saxo Bank.  Avec une double formation française et polonaise,[...]