-

Les marchés sont-ils guéris de la dernière correction ?, point marché actions mars 2018, par Andrea Tuéni

Après un début d’année en trombe, les marchés ont connu un début de mois de février compliqué. Les investisseurs se sont servis du prétexte de l’inflation pour délaisser les marchés actions et provoquer une correction importante. En effet, les propos de la FED sur l’inflation et les dernières données macroéconomiques ont fait craindre une hausse de l’inflation non maitrisée. Un tel phénomène impliquerait une normalisation plus rapide des politiques monétaires des banques centrales  Selon nous, les risques d’une hausse brutale de l’inflation ou encore les risques de « reflation » nous paraissent surévalués.

 

 

LEs graphiques ci-dessous permettent de mieux comprendre l’ampleur du mouvement qui a impacté le marché en février :

  1. Les marchés n’avaient plus connu de telle correction depuis plusieurs années. Il faut revenir en 2009 pour assister à des mouvements d’une telle ampleur sur l’indice S&P 500.

La correction tant attendue a bien eu lieu.

 

2. La volatilité a fait son grand retour. L’indice VIX a atteint des niveaux plus jamais côtoyés depuis 2015. Même durant le Brexit ou l’élection de Trump, l’ « indice de la peur » n’avait pas atteint un tel niveau. Les marchés vont devoir se faire au retour de la volatilité. La période trop longue durant laquelle la volatilité est restée anormalement faible est révolue. Des pics de volatilité à l’image de ceux observés début février pourraient se manifester à nouveau. La couverture de position short de volatilité a d’ailleurs été l’un des principaux moteurs ayant alimenté la baisse des indices boursiers.  

 

3. Tension sur le marché obligataire. Les taux se sont tendus sur le marché obligataire comme en atteste la hausse du rendement du 10 ans américain qui s’est rapproché du niveau sensible des 3%.

Depuis, les marchés ont récupéré une partie de leurs pertes dans la difficulté. Selon nous le mouvement de baisse n’est pas encore derrière nous. En effet, les tentatives de rebonds qui ont été enregistrés jusque-là n’ont pas réussi à être confirmées ce qui témoigne de la fragilité des marchés. Les marchés semblent encore traumatisés par la récente correction et les doutes persistent autour de l’inflation. La dernière audition du nouveau patron de la FED, Jérôme Powell, devant le Congrès n’a pas totalement rassuré. Ce dernier a tenu des propos positifs sur l’économie tout en restant évasif sur le rythme des hausses de taux à venir. Quatre hausses de taux en 2018 est une hypothèse qui ne peut pas encore être totalement exclue.

Par ailleurs, le retour du thème de la guerre commerciale constitue également un frein pour les marchés. Donald Trump va annoncer dans les prochains jours une augmentation de 25% des tarifs douaniers sur l’acier et de 10% sur l’aluminium. Le spectre d’une guerre commerciale pourrait continuer d’alimenter l’environnement de « risk off » sur les marchés.

Dans ce contexte, l’indice CAC 40 évolue sous les 5250 points ce qui envoie un signal plutôt négatif. Tant que le marché reste sous ce niveau, un retour sous les 5100 points vers les 5000 reste d’actualité.

Lors des tentatives de rebond, le marché n’est pas parvenu à s’affranchir de sa zone de résistance à 5345/50 : l’indice est parvenu à franchir brièvement cette zone mais signe de la fragilité actuelle de l’indice, le mouvement n’a pas réussi à se poursuivre au-delà de ce niveau.

Pour avoir un regard plus optimiste sur le marché et envisagé une guérison, il faudrait que l’indice parisien repasse au-dessus de la zone 5425/35 : si l’indice parvenait à repasser au-dessus de ce niveau, cela permettrait d’avoir un regard plus positif et d’envisager la fin du mouvement de correction

Côté américain, l’indice S&P 500 est repassé sous le niveau technique clé des 2750 points. Là encore, la nervosité et la fragilité sont les maîtres mots. L’évolution par rapport à ce niveau pivot pourrait déterminer la suite.

  • En-dessous des 2750 points, un nouveau test des 2560 points (moyenne mobile à 200 jours) n’est pas à exclure.
  • Au-dessus des 2750 points, l’indice peut viser un retour au-dessus des 2793 points.

 

 

Andrea Tueni

Diplômé du Master en Finance de marché de Sup de Co Reims, Andrea Tueni rejoint Saxo Banque France en tant que Sales Trader en 2013.  Ce spécialiste des devises et matières premières est rapidement[...]