-

Le graphique qui résume l’année 2018

De nos jours, seule l’évolution de la liquidité mondiale en USD compte vraiment. Comme nous évoluons dans un monde dominé par le dollar américain, la liquidité en USD est un facteur clé de croissance de l’économie et d’évolution des marchés financiers. Notre indicateur favori pour mesurer la liquidité en USD est l’évolution de la masse monétaire en dollar dans les principales économies mondiales. Nous pouvons la mesurer à partir de l’évolution de l’agrégat monétaire M2 des 25 principales économies mondiales, converti en dollar, auquel on soustrait l’évolution de M3 aux Etats-Unis. Ce graphique nous en apprend plus que tout autre sur ce qui s’est passé en 2018 et ce à quoi nous devrions nous attendre en 2019, si la tendance actuelle ne s’inverse pas. Depuis mars 2018, notre indicateur de liquidité a fortement diminué, atteignant un point bas depuis deux ans. Cela indique clairement que la croissance mondiale ralentit, entrainant une dégradation des conditions financières, une hausse des coûts de financement en USD, et un retour de l’aversion au risque. Il s’agit de la principale explication des turbulences connues par les pays émergents au cours du printemps et de l’été derniers. Les devises asiatiques (moins le yen japonais) peuvent servir de baromètre du risque sur le marché des changes. On constate qu’au deuxième trimestre de cette année, l’amplitude de baisse face au dollar américain était similaire à celle connue lorsque les Etats-Unis ont perdu leur note de crédit triple AAA, avec une chute de 3,5% au T2 par rapport au T1, avant une diminution d’ampleur moindre au T3. Récemment, le rythme de baisse de la liquidité en dollar a ralenti, ce qui a contribué à stabiliser les actifs des marchés émergents, mais cela ne durera pas longtemps. Nous prévoyons que l’année 2019 sera entièrement axée sur la thématique de la liquidité. Celle-ci va certainement continuer à décroitre, induisant un ralentissement de l’économie mondiale plus prononcé. Il faudra surtout que les investisseurs et les traders, qui n’ont souvent pas connu des taux élevés, s’habituent à cette nouvelle donne.

 

Christopher Dembik

Christopher Dembik est Responsable de la recherche macroéconomique de Saxo Bank.  Avec une double formation française et polonaise,[...]