-

La débâcle se poursuit /Point mensuel marché actions avril 2018, par Andrea Tuéni

La débâcle se poursuit sur les marchés actions. Les tentatives de reprises ont toutes été avortées. Le marché semble plus proche de revenir voire de casser ses plus bas de février que d’opérer un vaste mouvement de reprise.

D’un point de vue purement statistique, les marchés américains ont connu leur pire début de deuxième trimestre depuis la grande dépression de 1929 soit plus de 89 ans. A cela s’ajoute le fait que les marchés ont connu leur pire trimestre depuis plus de deux ans. Autant d’éléments qui confirment le sentiment déprimé des bourses mondiales. Il est inéluctable aujourd’hui que l’environnement « risk off » persiste et signe. Comme nous l’avons déjà rappelé auparavant, les investisseurs doivent se réhabituer à un contexte beaucoup plus volatil. La période de volatilité anormalement basse est désormais révolue et les indices de volatilité vont se réajuster à des degrés supérieurs comme on peut le constater depuis le début du mois de février.

Les Etats-Unis apparaissent comme le principal moteur de cette baisse. Dans un premier temps, de plus en plus de forces contraires s’opposent. On pense notamment à la FED versus l’inflation ou encore momentum versus fondamentaux économiques. Dans un deuxième temps, l’actualité chargée pèse négativement sur les marchés. La guerre commerciale que se livrent les Etats-Unis et la Chine pèse sur le moral des investisseurs. Le chemin hasardeux sur lequel se lancent les deux puissances économiques crée un climat d’incertitude sur les marchés. L’incertitude est un des principaux ennemis de la finance ce que l’on ressent assez bien sur la tendance actuelle. Enfin, dernièrement, la correction violente des valeurs technologiques a creusé les pertes des indices américains. L’impact potentiel des tarifs douaniers sur ces valeurs, les propos de Donald Trump sur Amazon, les mauvaises nouvelles de Tesla ou encore l’annonce d’Apple concernant Intel, ont précipité la chute du secteur le plus performant en 2017 mais aussi celui qui apparaît comme étant le plus surévalué.

L’Europe résiste relativement bien à ce carnage même si la dynamique reste évidemment baissière d’autant plus que la macroéconomie ne joue plus vraiment un rôle de soutien. En effet, plusieurs indicateurs dont les derniers PMI ont montré des signes d’essoufflement.

Ce contexte difficile est de mauvais augure avant l’ouverture de la saison des résultats. Les attentes sont, une fois n’est pas coutume, positive. Les analystes tablent sur une croissance du BPA de 24% et des revenus de 7% sur les actions américaines. Si les attentes se confirment, cette saison de résultat permettra-t-elle de relancer les actions ou sera-t-elle, au contraire, reléguée au second plan ?

Techniquement, notre approche est défensive sur les marchés actions. L’indice S&P 500 a connu un début d’année assez particulier. Après une performance une nouvelle fois record au mois de janvier, l’indice s’est retourné pour enregistrer sa première correction de plus de 10% depuis plusieurs années. Il faut revenir en 2015 pour retrouver une correction aussi importante et bien plus loin pour une correction aussi rapide. La tentative de rebond a été stoppée par un rejet des 2800 points. Depuis, l’indice a repris une dynamique négative qui a connu un tournant inquiétant récemment avec la cassure d’une ligne de support située autour des 2680 points. Notre approche en-dessous de ce niveau est particulièrement défensive. La cassure de la moyenne mobile 200 jours (la troisième en deux mois) ne fait qu’aggraver la situation. Cette dernière devrait jouer un rôle de fixation, le marché tentant désespérément de repasser au-dessus de ce niveau clé. Dans ce contexte, l’indice pourrait désormais revenir vers les 2527 voire les 2462 points. Le salut de l’indice viendrait d’un retour au-dessus de la zone 2682/95 qui pourrait jouer le rôle de pivot et permettre, si elle venait à être cassée à la hausse, de repartir à l’assaut des 2800 points.

 

Sur l’indice CAC 40, la situation est tout aussi compliquée. L’indice se rapproche dangereusement de ses plus bas annuel. Sous les 5115 points, l’indice pourrait revenir vers les 5050 points, dernier support avant les plus bas annuels à 4972 points. Jusqu’à présent, l’indice est parvenu à résister autour des 5050 en opérant des rebonds techniques. Les investisseurs ne sont pas encore prêts à laisser filer l’indice en-dessous de ce seuil critique. L’analyse technique ne sera pas plus positive sur l’indice parisien à moins d’une cassure au-dessus des 5300 points. Ce qui est certain, c’est qu’un rebond du CAC 40 ne sera envisageable qu’en cas de situation plus favorable à Wall Street.

Andrea Tueni

Diplômé du Master en Finance de marché de Sup de Co Reims, Andrea Tueni rejoint Saxo Banque France en tant que Sales Trader en 2013.  Ce spécialiste des devises et matières premières est rapidement[...]