-

La BCE sort le CAC 40 de son trading range et après ? Monthly Stocks Outlook par Andrea Tueni, Saxo Banque

Après avoir passé plusieurs semaines dans un range serré, l’indice CAC 40 à la faveur d’une BCE plus accommodante qu’espéré est enfin parvenu à accélérer et inscrire un nouveau plus haut cette année.

Comme anticipé, la BCE a choisi de réduire de moitié le montant de ses rachats d’actifs à partir du mois de janvier et ce, pour une période prolongé jusqu’à septembre 2018. Les marchés qui espéraient une telle annonce ont accueilli la nouvelle avec enthousiasme et il aura fallu quelques heures à l’indice parisien pour sortir enfin de son tunnel par le haut et surtout inscrire un nouveau plus haut annuel. En conclusion, la BCE a certes choisi la voie du « tapering » mais en douceur et en maintenant un discours très rassurant pour le marché à la fois sur l’économie mais aussi sur ses intentions futures en matière de politique monétaire. La crainte d’une sortie brutale du QE est donc écartée.

La réaction du côté des devises est également un facteur de soutien pour les marchés européens. La devise européenne a nettement chuté sous les 1,16 et d’un point de vue technique un retour vers la zone 1,1450 / 1,1500 prend de l’épaisseur. Ainsi, le niveau des 1,20, facteur de stress pour les investisseurs, est pour le montant un lointain (mauvais) souvenir.

Dès lors, ce qui est à craindre pour les indices européens et notamment le CAC 40 est le retour d’un trading range avec des bornes plus élevés. Depuis les annonces de la BCE, le marché peine à trouver un second souffle pour poursuivre son mouvement. En parallèle, les signaux d’une éventuelle consolidation ne se font pas ressentir et on peut craindre un retour dans une zone d’hésitation alors que l’essentiel de la performance annuelle a été faite (+13% depuis le début de l’année) et que les marchés européens ne semblent pas capables de rivaliser avec la continuité des performances vertigineuses de Wall Street.

Néanmoins, certaines zones d’ombres demeurent. Le sujet de la réforme fiscale américaine peut être un sujet de stress. Les attentes sont très fortes et ont constitué un des moteurs de la hausse des marchés américains depuis l’élection de Donald Trump. A l’heure où les débats s’accélèrent les enjeux sont très importants et l’accouchement d’une réforme moins ambitieuse, qui prendrait effet plus tard que prévu, pourrait précipiter une correction de Wall Street, correction qui serait saine au regard des niveaux de valorisation des indices.

Du côté des Banques Centrales, la BCE a éclairci l’horizon pour l’Europe mais la FED pourrait encore réserver quelques surprises. Donald Trump a mis fin au suspense en nommant Jérôme Powell en remplacement de Janet Yellen au terme de son mandant en Février. Powell est considéré comme « dovish » et ne devrait donc pas proposer de gros chamboulement en matière de politique monétaire. Cependant, les départs de Fischer et de Dudley plus récemment peuvent apporter une certaine incertitude alors qu’ils étaient considérés comme deux poids lourds de l’institution.

Autre sujet à surveiller dans les prochaines semaines : l’évolution des valeurs bancaires françaises. Les récentes performances du secteur sont négatives notamment Société Générale à la peine en bourse après des séances difficiles ayant vu le titre franchir plusieurs niveaux de support.

L’évolution des valeurs bancaires sera à surveiller de près notamment en raison de leur forte pondération dans l’indice CAC 40. Il ne fait guère de doute que l’indice de la bourse de Paris aura très peu de chances de résister à une correction des bancaires.

Pour finir, techniquement, la tendance de fond reste haussière sur l’indice CAC 40. Les niveaux d’alerte sont très éloignés. A court terme, le potentiel de hausse se situe au niveau des 5535/37. En projection, l’indice, s’il venait à trouver un second souffle, pourrait viser les zones suivantes 5650/80 et 5750/70. A l’inverse, on note plusieurs niveaux d’appuis possibles : 5485, 5470 et enfin 5415. Le premier niveau d’alerte se situe, quant à lui, à 5385.

Andrea Tueni

Diplômé du Master en Finance de marché de Sup de Co Reims, Andrea Tueni rejoint Saxo Banque France en tant que Sales Trader en 2013.  Ce spécialiste des devises et matières premières est rapidement[...]