-

À quoi ressemblerait une Catalogne indépendante?

À quelques jours du référendum sur l’indépendance en Catalogne, il est temps de se pencher sur l'économie de cette région autonome espagnole qui est la principale contributrice au PIB espagnol (environ 18,9%) et dont le PIB par habitant (PPP) est 18,8% supérieur à la moyenne espagnole.

 

Il n'y a pas de solution miracle pour déterminer si cette région, une fois indépendante,  serait économiquement viable, mais il existe certaines caractéristiques distinctes qui font d’un pays une économie développée réussie. Habituellement, un pays doit avoir une économie diversifiée et ouverte à l’international ainsi qu’une productivité élevée. Essayons donc d'appliquer ces critères à la Catalogne.

 

Une économie diversifiée: la Catalogne a une économie très diversifiée et affiche une structure de production plus équilibrée que les autres régions espagnoles. La taille du secteur primaire est relativement petite. Comme dans tous les pays développés, le secteur des services est clairement dominant. Cela dit, il est important de mentionner que la part de la valeur ajoutée brute (VAB) correspondant à l'industrie en Catalogne est assez importante comparée à celle en Espagne et dans le reste de l’UE. Après une forte baisse de 2009 à 2013, à la suite de l'effondrement de la bulle immobilière, l'industrie a gagné de l'élan grâce aux exportations et semble en meilleure position par rapport aux années précédentes. Contrairement à de nombreuses autres régions ayant souffert de la désindustrialisation, l'industrie reste un pilier essentiel de l'économie catalane. Historiquement appelée «l’usine de l’Espagne», la Catalogne possède également un secteur manufacturier très important. La VAB correspondant au secteur manufacturier de celle-ci est d'environ 16,7% contre 13,4% pour l'Espagne et 15,8% pour l'UE (données de 2015). De plus, les déséquilibres ayant menés à la crise ont été résorbés, en particulier dans le secteur de la construction puisque celui-ci est de retour à des niveaux d’évolution plus en ligne avec sa tendance de long terme.

 

 

L'ouverture économique: la Catalogne est une économie très internationalisée avec un excédent de la balance commerciale d'environ 11,5% du PIB en 2015. Cette ouverture économique, avec le boom du secteur de la construction et l'entrée dans la zone euro, explique le miracle économique qui a eu lieu de 1999 à 2008 et a conduit à une croissance annuelle moyenne du PIB de 3,7%. L'UE, sans surprise, représente la destination principale des exportations (nous y  retrouvons les trois principaux partenaires commerciaux que sont l'Allemagne, la France et l'Italie), mais la Catalogne a également mis en place une diversification commerciale réussie ayant été accentuée pendant la crise souveraine européenne. Le résultat est plutôt convaincant puisque la part des exportations vers des pays non-membres de l'UE (notamment l’Amérique du Sud) est passée de 26,7% en 2000 à 35% en 2015.

 

Productivité: Elle est sûrement le critère que remplit le moins bien la Catalogne, tout comme l’ensemble de l’Espagne. Bien que la productivité ait augmenté au lendemain de la crise en Espagne à la suite de la robotisation (la croissance annuelle moyenne de la productivité de l'Espagne au cours de la dernière décennie a été supérieure à celle de l'Allemagne, à 1,2% contre 0,7%), le pays a encore beaucoup de chemin à faire avant de construire un modèle de croissance économique basé sur l'innovation et la connaissance, comme en témoigne le mauvais classement de l'Espagne au niveau de l'étude PISA. Cependant, la Catalogne est probablement l'une des régions espagnoles les mieux placées pour faire face à ce défi. En 2015, les données de la Generalitat de Catalunya ont confirmées un fort bond des IDE (+60,4% contre +11% en Espagne sur la même période) ce qui démontre une plus grande attractivité. La région a investi massivement dans la création d'une puissante infrastructure de recherche dans ses universités, mais elle n'a pas encore réussi à créer des pôles de compétitivité comme en Allemagne et en Suède, où les universités et le secteur privé collaborent pour développer de nouvelles innovations. Dans le secteur privé, le modèle de croissance repose encore trop souvent sur des emplois peu qualifiés, en particulier dans le secteur des services ou lié au tourisme. Ceux-ci ont une faible productivité et ont un impact négatif sur la croissance potentielle du PIB à moyen et à long terme.

 

Conclusion: Après cette rapide analyse de la situation économique en Catalogne, on peut conclure sans hésiter que la région serait viable en tant que pays indépendant en se basant uniquement sur des considérations économiques et à la condition de rester dans l’Union monétaire. Au sein de l'UE, une Catalogne indépendante occuperait la 13ème place dans un classement hypothétique de l'UE à 29. Peu importe le choix fait par la Catalogne, qu’il s’agisse de l’indépendance ou du maintien avec l’Espagne, elle devra investir davantage dans le capital humain et l'éducation dans les années à venir afin d'éviter de renouer avec ses mauvaises habitudes consistant à dépendre de salaires bas pour faire croître sa croissance économique.

 

Christopher Dembik

Christopher Dembik est Responsable de la recherche macroéconomique de Saxo Bank.  Avec une double formation française et polonaise,[...]